L’indépendant et l’assureur : une question de garanties

Un certain nombre d’activités et de professions gravitent autour des travailleurs indépendants et des artisans. On pense à la comptabilité, aux banques, mais c’est sur le métier d’assureur que nous avons choisi de nous arrêter. Yann Plantard, agent général indépendant AXA Prévoyance et Patrimoine, partenaire prestige du Salon Rêves de Créateurs, a bien voulu nous présenter son métier et son action auprès des indépendants.

Rêves de Créateurs : En quoi consiste votre métier ?

Yann Plantard : Axa, ce sont plusieurs réseaux d’indépendants. On trouve les agents généraux IARD, qui s’occupent principalement d’assurer les biens, véhicules et l’immobilier. Les agents généraux indépendants, eux, se concentrent sur les personnes, notamment les travailleurs indépendants. Il s’agit de les couvrir contres les aléas de la vie : dépendance, prévoyance, préparation à la retraite, complémentaire santé, garantie accident de la vie, mais aussi les conseiller en termes de placement financier, assurances de prêt et contrat d’assurance vie…

RDC : Pourquoi les indépendants ?

YP : Ces derniers m’intéressent particulièrement, car on ne les sensibilise pas assez sur leur couverture sociale. Cela vaut pour ceux qui ont toujours été entrepreneurs, comme pour ceux qui passent du salariat à l’entreprise. Presque tout est nouveau et souvent, beaucoup d’entre eux pensent que rien ne va changer. Mon rôle est de les informer des dispositions à prendre pour leur bien-être et leur protection. Je suis moi-même travailleur indépendant depuis deux ans et demi et je sais de quoi je parle. Etant marié, avec deux enfants, je peux encore moins me permettre de prendre des risques, et c’est le cas de beaucoup d’entre nous… Un créateur d’entreprise, c’est quelqu’un qui a un rêve. Je suis là, malheureusement pour rappeler que ce rêve peut s’écrouler en cas de souci de santé, quel qu’il soit…

RDC : Le conseil tient une très grande place dans votre profession

YP : Oui, bien sûr. D’autant que je suis convaincu qu’une personne bien conseillée se tournera naturellement vers son conseilleur si elle souhaite aller plus loin dans sa démarche. C’est là que je peux apporter une réponse concrète à ses besoins, avec les produits que je propose. Comme cela fait partie de son devoir de conseils, un expert comptable vous demandera seulement si vous êtes couvert. Un agent général saura, lui, analyser en détail vos garanties, et vous faire une offre qui vous corresponde.

RDC : Justement, comment faire les bons choix?

YP : Il ne faut pas regarder seulement l’avantage financier à court terme. Si je dis qu’AXA propose d’excellents produits, ce n’est pas forcément en termes de prix, car toutes les assurances sont sur les mêmes ratios et statistiques. Mais plutôt en termes de garanties. De fait, si une assurance est 10 % moins chère que les autres, c’est qu’il y a un “loup” quelque part. Pour bien orienter les choix des personnes que je rencontre, je réalise un bilan social et patrimonial gratuit. Ma seule contrepartie, quel que soit l’aboutissement du travail accompli en termes commerciaux, c’est la recommandation de ces personnes par la suite. Pour pouvoir bien conseiller, il y a tout un travail préalable d’épluchage des garanties de la concurrence, que je commence à connaitre sur le bout des doigts. L’une des faiblesses de la plupart des contrats, c’est l’invalidité, totale ou partielle…

RDC : Quelle est la priorité pour un travailleur indépendant?

YP : Sans aucun doute, c’est la prévoyance ! Avec une prévoyance, on touche des indemnités, voire une pension d’invalidité ! Chez AXA, nous traitons des aléas tels que les affections dorso-lombaires, qui sont très peu couvertes par les autres. Nous avons été les premiers à prendre en compte le burn out, affection psychologique par excellence. Nous avons le meilleur contrat Prévoyance et nous pouvons le prouver. Nous ne prétendons pas être les moins chers mais notre offre est d’une grande qualité, y compris pour les contrats collectifs. Une PME sur trois est chez AXA, ainsi qu’environ 50% des entreprises du CAC 40. C’est pour de bonnes raisons que j’ai choisi de prendre un mandat exclusif avec eux (sourire).

RDC : Pourquoi être partenaire de Rêves de Créateurs ?

YP : C’est un salon vraiment agréable et sympathique ! Il est voué à grossir et à prendre une place de choix. Si quelqu’un veut se lancer, je l’invite vraiment à y aller. Il y trouvera conseils et expérience, réseau et bonnes adresses. C’est intéressant pour tout le monde. A 41 ans, ayant eu un parcours assez diversifié, je me reconnais dans beaucoup de ces entrepreneurs et dans le côté local. Né à Vannes et originaire de Sérent, commercial pendant treize ans, notamment à Rennes, nous avons décidé de venir à Vannes avec mon épouse. J’avais eu l’opportunité d’y tenir une chocolaterie, Les Délices d’Anvers. Nous y avons une qualité de vie imbattable et nous ne partirions pour rien au monde. Je pense que la proximité de la mer joue beaucoup dans ce bien-être. C’est un cadre idéal pour voir grandir mes filles, de 9 et 13 ans.

RDC : Et dans l’avenir proche ?

YP : J’ai commencé mon activité à la Pépinière Créalis à Vannes. Vous pourrez encore m’y rencontrer, si vous souhaitez en savoir plus sur ce que je peux vous proposer, jusqu’en septembre. Après cette date, j’aurais intégré mon nouveau bureau au Parc d’Innovation Bretagne Sud de Vannes.

Pour contacter Yann Plantard : 02 97 68 41 26 ou 06 49 52 24 80 ou par mail : agencea2p.yann.plantard@axa.fr