Charge mentale : apprendre à se jouer de la pression

Le blog , la charge mentale

La « charge mentale ».

Vous savez, cette expression que l’on retrouve un peu partout depuis quelques mois, chaque fois que vous ouvrez un journal, balayez l’écran de votre smartphone ou allumez votre radio ?

Le syndrome de celles et ceux épuisés de devoir « penser à tout, tout le temps ». Le concept est assez simple, se circonscrit plutôt du côté de la vie privée que de la professionnelle. Depuis quelques mois, impossible que vous n’ayez pas entendu parler de cette problématique du 21e siècle, qui à mon avis, n’avait pas été verbalisée de cette manière avant, mais existe bel et bien depuis des siècles…

 

Esquisse rapide ?

Cette pression, permanente et insidieuse, qui pèse sur votre esprit, du matin au coucher : l’organisation de la vie dans ses moindres détails.

Tout gérer, tout prendre en charge, des rendez-vous administratifs à la logistique quotidienne. Les enfants, le conjoint, les parents, les beaux-parents, le chien à faire garder, la maison, le boulot, les invités…. Ces tâches chronophages qui s’accumulent et finissent par encombrer l’esprit, bref, tout ce fatras de vie aussi sympathique qu’envahissant lorsqu’on n’y prête pas garde.

Évidemment, ce principe de charge mentale peut également être transposé à la vie professionnelle. Papiers qui traînent, liste proliférante de problèmes à résoudre et de choses à terminer : comme des post-it qui jalonnent nos vies.

En couple ou en entreprise, « la charge mentale » a le vent en poupe.

Et lorsque celle-ci devient source de stress, c’est qu’il est temps d’apprendre à lâcher prise et déléguer. Savoir s’accorder du temps, dire non, confier les tâches à quelqu’un d’autre, conjoint ou collègues. On s’appuie sur les autres pour retrouver une forme d’équilibre. On communique et chacun se responsabilise, pour qu’aucun n’ait à tout porter sur ses épaules. Focus sur le salon Rêves de Créateurs.

 

Charge mentale et Rêves de Créateurs : Le salon, un temps d’échange pour être bien dans sa vie pro.

 

Vous avez déjà essayé de porter un bagage à quatre mains, chacun une anse ? Ce sac qu’il vous semblait impossible de traîner sur seulement 10 mètres, et que vous portez à deux en papotant, sans y prêter attention. Oui, ça vous parle ?

La charge mentale, c’est ça, le gros bagage qui pèse et vous désespère.

Et s’en défaire, c’est l’alléger, en enlevant quelques affaires dont on n’a pas besoin (ces angoisses inutiles et ces listes à rallonge qui finalement, peuvent bien attendre), pour ensuite le porter à plusieurs.

Lors de son salon, Rêves de Créateurs vous propose un ensemble de conférences autour du thème de la sérénité professionnelle. Et pour y parvenir, les intervenants vous accompagnent dans la mise en place de votre vitrine, vous initient au financement participatif, vous expliquent le principe de la création d’entreprise ou vous épaulent dans la mise en place d’un business plan. L’esprit de ce temps fort est vraiment de vous apprendre à être optimal dans votre organisation, de manière à économiser vos forces sur la durée. Il s’agit d’une course de fonds, non d’un sprint. Gestion de rythmes, bien-être au travail, échanges simplifiés et communication maximisée, Rêves de Créateurs vous donne les outils pour mieux vivre votre vie professionnelle.

 

programme 2017

 

Règle d’or afin d’éviter la charge mentale: pour ne pas se faire avoir par la pression, sociale, familiale ou professionnelle, on se fait la belle mentalement.

On pense « «équipe », « mutualisation » et on apprend à bien s’entourer, communiquer, et cultiver le letting go pour ne pas aller au-delà de ses forces.

On apprend à écouter le son du silence, à prendre le temps de tout… Ou plutôt, « le temps de rien » – vous savez, celui qui nous manque toujours -, pour ne pas systématiquement remplir les espaces, les blancs et les instants.

Vous avez aimé ? Partagez !

♦ Merci à  Marina Picard-Baillet  qui est l'auteur de cet article. ♦