Innovation et artisanat

Vous voyez l’artisanat poussiéreux et traditionnel, au sens conservateur du terme ? Vous allez devoir changer d’avis. Les Chambres des Métiers elles-mêmes ne s’y trompent pas, l’innovation est au cœur du monde artisanal. De formations en financements, en passant par les concours et les journées de sensibilisation, les institutions n’ont de cesse de valoriser les dynamiques innovantes.

L’innovation, une composante logique des métiers artisanaux

Quand une marqueteuse de paille propose des coques d’I-pod à côté de son activité de restauration d’objets d’art, on comprend que l’artisanat a de beaux jours derrière, mais aussi devant lui ! De même, l’artisanat du bâtiment, industriel ou technologique se doit d’innover et de sortir de ses activités routinières. Pourquoi ? Tout simplement, logiquement, pour s’adapter à la demande des clients.

Face à la concurrence, il s’agit d’être sans cesse vigilant et de pouvoir répondre. Par l’innovation créative ou par l’innovation technologique, les souhaits des potentiels acheteurs ou consommateurs de service doivent être exaucés.

Sans compter que, loin du cliché du traditionaliste récalcitrant à la nouveauté, les artisans sont très ouverts et passionnés par leur métier. Et qui dit passion, dit à la fois conservation des acquis et désir de faire évoluer ses pratiques. Tous les métiers liés à l’artisanat ont bougé et n’ont pas attendu le XXIème siècle pour le faire ! Le menuisier est passé des coffres transportés de villes en villes par la cour à des meubles de plus en plus perfectionnés. Et ce partout dans le monde. Ne serait-ce que pour attirer la jeunesse dans les rangs des corporations professionnelles !

 

Comment innover ?

L’innovation arrive-t-elle spontanément ? Rares sont les inventions apparues ex-nihilo du cerveau et des mains de leurs créateurs. Il est essentiel d’acquérir un savoir-faire solide avant d’envisager de mettre au jour des nouveautés, tant dans les objets en soi que dans les procédés.

Comme dans tous les métiers, la veille tient une place prépondérante. L’artisan s’informe, d’abord par passion mais aussi par nécessité. L’inspiration vient de ce que l’on rencontre et qui nous interpelle. Innovation ne signifie pas forcément création. Cela peut vouloir dire « reprendre à son compte une nouveauté faite ailleurs, mais que personne n’a encore pensé à faire ici. ». Ou en mêlant pour la première fois deux éléments traditionnels, dans l’alimentation, par exemple la bière et les algues.

La formation tient également une place importante dans le processus innovant. Tout au long de leur carrière, de nos jours, les artisans se voient proposer par les institutions, entre autres, des opportunités de faire évoluer leurs pratiques professionnelles, comme leur façon de gérer leur entreprise. Car l’entrepreneuriat, cœur battant de l’artisanat, est aussi facteur d’innovation.

 

Les autres formes d’innovation

L’innovation peut tenir aussi dans la structure même des entreprises artisanales. En témoignent la diversité des statuts envisageables. Sans oublier les démarches profondes, en termes de bien-être au travail, de sécurité, de développement commercial et de ressources humaines.

Enfin, l’artisanat entre de plain-pied dans l’ère du numérique : boutiques itinérantes et/ou connectées, réseaux sociaux, e-commerce, les artisans font feu de tout bois. Ils imaginent, créent, mettent en valeur, par des procédés nouveaux. En cela, les artisans démontrent leur capacité d’adaptation ; et depuis des siècles, ils sont parvenus à maintenir en vie des savoir-faire, sans les figer dans des archaïsmes mortifères.

Et l’on peut leur prédire de ce fait un avenir radieux.